L’arrivée d’un bébé bouleverse totalement le quotidien de la famille notamment de la mère qui va, si elle est primipare, devoir apprendre son nouveau rôle de maman ou bien faire connaissance avec un nouvel enfant tout en gérant le reste de la fratrie si elle est multipare. Cette période de transition chez la jeune maman est parfois difficile à appréhender surtout lorsque l’on est pas assez bien préparée ou entourée. Le quotidien d’une mère de famille n’est pas de tout repos et la fatigue physique et psychologique qui peut s’accumuler au fil des mois ou années peuvent avoir des répercussions pénibles pour toute la famille.

De nos jours, le burn-out maternel touche de nombreuses femmes de tout âge qui se retrouvent dans une situation d’épuisement sur une période prolongée. Certaines mères cumulent en effet plusieurs casquettes, au travail la journée et à la maison le soir et leurs emplois du temps sont extrêmement chargés. D’après une étude menée en 2013 par l’Association Maman Travaille, fondée par la secrétaire d’état pour l’égalité Homme-Femme, Marlène Schiappa, 75% des femmes actives trouvent cela difficile ou très difficile de concilier leurs vies professionnelle et personnelle et quelques 67% des femmes qui travaillent dorment moins de 7 heures par nuit qui est la limite basse recommandée par le corps médical.

Le psychiatre américain Herbert Freudenberger qui a été un des premiers à se pencher sur la notion de burn-out a par ailleurs voulu souligner le fait que les femmes exerçant certaines professions de l’humain comme les enseignantes, les infirmières, les médecins ou les travailleuses sociales sont d’autant plus touchées par le phénomène de burn-out. Cela serait dû au fait que ce sont des métiers parfois sous estimés tant symboliquement que financièrement.

La charge mentale est un facteur qui contribue à provoquer un syndrome de déprime voire à causer un phénomène de burn-out maternel. Il s’agit de la charge psychologique générée par la gestion du quotidien par un individu. Les mamans y sont souvent sujettes car grand nombre d’entre elles ont pour objectif d’être une mère de famille parfaite. Ce phénomène est très répandu de nos jours, notamment car, contrairement à certaines générations du siècle dernier, la majorité des femmes occupent un emploi en dehors de la maison auquel s’ajoute les responsabilité d’une mère de famille. Savoir gérer et réduire la charge mentale est l’une des clés afin de prévenir l’apparition du burn-out maternel.

Les conséquences du burn-out maternel : savoir reconnaître les signaux de détresse

Le burn-out maternel ne surgit pas du jour au lendemain mais est le résultat d’un processus long et profond de détresse psychologique. Sortir du burn-out maternel est un défi qui peut paraître insurmontable pour la plupart des femmes dans cette situation.

En effet, ces dernières se trouvent dans un état de solitude et d’incompréhension tel qu’elles se renferment sur elles-mêmes et que leur quotidien leur semble complètement obscur. Un des premiers symptômes qui se manifeste est une immense fatigue physique due notamment au manque de sommeil réparateur. L’épuisement qui en découle rend les activités du quotidien, gestion de la maison et des enfants, activité professionnelle d’autant plus difficiles à mener à bien. Le réflexe de beaucoup de mères en situation de burn-out parental est de développer des automatismes et accomplir les tâches de manière totalement mécanique et sans y mettre de sentiments.

Dans un tel contexte, la femme en souffrance se rend tout de même compte du détachement affectif avec ses enfants, son conjoint ainsi que dans son implication au travail qui est en train de s’opérer malgré elle. Cela peut engendrer une perte de confiance en soi importante qui va nuire fortement à l’image déjà peu glorieuse qu’elle a d’elle-même.

Quelles solutions pour sortir du burn-out maternel ?

Le sentiment d’isolement que ressentent les mamans victimes de burn-out est une des premières choses à laquelle il faut s’attaquer.  En effet, celles-ci ont bien souvent l’impression d’être les seules à vivre cette période tourmentée. Or, partager son expérience en parlant avec d’autres mères de famille, avec un thérapeute ou un professionnel de santé, peut leur permettre de réaliser que de nombreuses femmes traversent des épisodes similaires. Cela aura pour conséquence de normaliser un phénomène qui leur paraissait complètement anormal et ainsi trouver des solutions ensemble afin de sortir du burn-out maternel. 

Parallèlement à cela, il est primordial de faire le deuil de la mère parfaite que l’on aurait souhaité être et accepter que le rôle de parent comporte des difficultés qu’on ne peut pas toujours gérer seule. C’est pour cette raison qu’il est crucial d’impliquer le conjoint et de solliciter l’entourage pour obtenir du soutien lorsque le besoin s’en fait ressentir.

Echarpe de portage Bébé en promenadeLe partage de moments de détente avec ses enfants est un « traitement » du burn-out maternel très efficace. Par exemple, pratiquer le peau à peau le plus souvent ou bien prendre le temps de masser son bébé régulièrement va permettre de développer le lien d’attachement entre la mère et son enfant. La complicité qui se créer lors de ces instants de bonheur partagé contribue à l’épanouissement du bébé et de la maman.

Lors des ateliers en massage bébé, il est fréquent de voir des mamans pleurer. Généralement, ces séances qui paraissent anodines sont en fait révélatrices du bien-être ou du mal-être de la maman (souvent en burn-out). C’est une prise de conscience des mamans. Certains souvenirs ou vécus douloureux refont surface comme une enfance ou un contexte familial difficile. Ces moments de massage bébé sont en fait libérateurs pour la maman et lui permettent de passer un cap et de se rendre compte qu’elle peut apporter du bien-être à son bébé et s’occuper de lui. Ce moment de détente est propice au contact mère-enfant qui était absent jusque-là.

Lors des formations professionnelles en massage bébé (sages-femmes, puéricultrices, praticiennes…), organisées par la société Skinhaptics, les thérapeutes sont formées pour accompagner ces mamans en burn-out. Elles pourront ensuite se diriger vers des médecins compétents.